• Réponses des candidat(e)s à notre lettre ouverte

    Il y a presque 1 mois, nous avions écrit une lettre ouverte aux candidat(e)s aux municipales. Voici la synthèse des réponses que nous avons reçues et notre analyse (dans l'ordre de réception des réponses). Vous pouvez consulter l'intégralité de sa réponse en cliquant sur le nom de chaque candidat.

     

    On peut se réjouir que Catherine Trautmann (PS) considère l'Elsau comme "un espace de respiration" qu'elle souhaite sanctuariser et le développer par la création du "corridor vert" en y intégrant des espaces "oubliés et stratégiques" comme l'étang Gerig. Voilà de belles paroles, certes, mais aucun engagement particulier pour l'Elsau. On lui connait pourtant des projets plus précis pour le quartier de la Citadelle.

    Sur la rénovation urbaine, elle s'en tient à ce qui a déjà été décidé sous la tutelle de Mathieu Cahn et déclare que cela devrait "améliorer le cadre de vie" alors qu'on sait déjà que cela ne résoudra pas les problèmes de l'Elsau, essentiellement économiques et sociaux. Les problématiques du quartier sont parfaitement connues, d'autant que la "large concertation des habitants" dont elle parle a déjà eu lieu maintes fois : il serait temps de passer aux actes, dont Mme Trautmann nous assure qu'ils arriveront dans les années à venir, si ce n'est à long terme.

    Enfin prudente, Mme Trautmann passe totalement sous silence l'avenir et l'évolution de l'A35, les problèmes de pollution et des déplacements sur Strasbourg. Tout cela n'est pas de nature à nous rassurer.

     

    Jean-Philippe Vetter (LR) est d'accord avec toutes nos propositions, il s'engage sur tout et même davantage. C'est fabuleux ! Mais là encore cela ne semble être que des éléments de langage : "Nous nous prononçons donc clairement en faveur d’une zone verte de loisirs et d’un verger". Soit, mais les budgets du verger sont déjà alloués par la mairie actuelle.

    Concernant le mur anti-bruit le long de l'A35, Monsieur Vetter déclare que pour relancer ce projet il saisira "les plus hautes autorités de l’État, le Gouvernement, la Présidence de la république...". C'est formidable, mais est-ce vraiment réaliste puisque le préfet et l'État n'ont rien fait à ce sujet depuis quinze ans, malgré les demandes incessantes des habitants. De plus l'état ne sera plus en charge de l'A35 puisque la Ville deviendra propriétaire de l'A35 et de ses abords en janvier 2021 !

    Monsieur Vetter s'engage donc sur des budgets déjà votés et sur des réalités qui n'existeront plus durant le mandat pour lequel il se porte candidat. Cela relève soit d'une méconnaissance étonnante des dossiers, soit de promesses électorales sans lendemain...

     

    Mme Barseghian (EELV) a déclaré : "vos idées et projets convergent tous avec le projet que mon équipe et moi souhaitons mettre en œuvre pour Strasbourg, au cours du prochain mandat municipal. En effet, nos priorités vont d’abord vers les quartiers de notre ville, tel le vôtre, dont nous pensons qu’il a été le parent pauvre des investissements publics et des actions municipales, ces dernières années. (...) Je prends donc devant vous le seul engagement qui aujourd’hui me parait essentiel : dès notre arrivée à la Municipalité, nous entamerons avec vous la séquence démocratique et citoyenne qui nous permettra collectivement d’enrichir et de finaliser vos projets et idées pour votre quartier".

    M Pierre Ozenne (EELV) a tenu à nous rencontrer avec quelques co-listier(e)s écologistes afin de préciser un peu les choses. Ses réponses nous ont paru souvent pertinentes et réalistes :

    Pour réduire le bruit et la pollution de l’A35le long de l'Elsau, les écologistes commenceraient par réduire la vitesse sur l'A35 et ce dès le début de mandat. Cela fait, des mesures du bruit seront effectuées les années suivantes pour décider de l'opportunité de construire un mur antibruit et de sa forme en fonction des résultats constatés. Tout cela sera fait durant le premier mandat. M Ozenne a rajouté que toute une série de mesures seraient prises pour faciliter les transports en commun (covoiturage, nouveaux trams au nord et à l'ouest, parking-stations relais plus loin de la ville pour réduire les déplacements automobiles pendulaires grâce au tram et au réseau ferroviaire).

    Concernant les taux pollutions de l'air la nuit, selon M Ozenne, les industries font vraiment des efforts ; les écologistes envisagent plutôt de reconvertir la centrale de chauffage au fioul de Hautepierre par du gaz qui est bien moins polluant.

    "Il est tout à fait envisageable d'aménager une zone de loisir sur une partie des prairies ouest de l'Elsau, si on respecte la biodiversité locale, notamment en laissant des zones enherbées hors de la tonte, comme cela se fait déjà un peu dans les autres parcs du quartier".

    Il a rajouté que l'espace forestier du Gerig est une des zones les plus intéressantes en matière de biodiversité. Aussi la gestion agricole actuelle du champ qui la borde est aberrante : "nous demanderons dès le début de mandat au paysan qui traite le champ agricole le long de l'Ill de se reconvertir en maraichage bio pour alimenter les cantines de la Ville, car c'est une priorité pour nous. Sinon nous ferons en sorte qu'il n'y ait plus d'exploitation agricole de ce terrain". Quant aux projets de ferme pédagogique, de pont cyclable au-dessus de l'Ill ou de parcours loisir dans la forêt du Gerig, nous sommes prêts à les accompagner et à les réaliser si ces projets sont défendus par des citoyens ou des associations.

    M Ozenne nous a rappelé qu'aujourd'hui les casses auto au bout de la rue de l'Unterelsau sont vides, à l'exception de 2 d'entre elles qui sont légales. "Nous attendrons de voir ce qui sera vendu à des particuliers ou requalifié publiquement pour assainir cette zone".

    Concernant la rénovation urbaine de l'Elsau, la prudence reste de mise : "nous ne savons pas jusqu'à quel point le projet de la Ville est engagé et nous ne le saurons qu'une fois élus. Pour le moment tout ce que nous pouvons dire c'est que nous ferons en sorte d'évaluer au mieux à chaque étape ce qui est fait, pour essayer de réorienter les transformations dans l'intérêt des habitants".

     

    Nous n'avons pas reçu de réponses de Kevin Loquais, Ombeline Du Parc, Chantal Cutajar ni d'Alain Fontanel. Que les petites listes, disposant de moins de moyens, n'aient pas eu le temps de nous répondre ne nous étonne pas.

    Par contre le silence (peut-être stratégique) d'Alain Fontanel (LREM) est des plus inquiétant. Il ne s'est d'ailleurs pas déplacé le 17 février dernier au centre social pour rencontrer des habitants de la cité blanche de l'Elsau. Son bilan sur l'Elsau se limite d'ailleurs à la suppression prochaine du tram F, à laquelle nous habitue déjà régulièrement la CTS. Mais il est vrai que pour M Fontanel, c'est "la Robertsau qui est le quartier où se posent les nouveaux défis de la Ville", comme il l'a déclaré récemment dans une vidéo sur rue89. Ça promet...

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    mic
    Jeudi 12 Mars à 08:35

    pour une association apolitique, vos commentaires sont orientés ! la cité blanche de l'Elsau a été démolie dans les années 80 pour laisser la place à la prison 

      • Jeudi 12 Mars à 15:07

        Nous n'avons pas pris parti : nous nous sommes contentés d'analyser les (non) réponses que les candidats nous ont renvoyé et nous les avons confrontés à l'épreuve des faits.

        Nous vous informons. Chacun en tirera ses conclusions.

        "La cité blanche" est une allusion à une chanson récente d'un rappeur du quartier sur le trafic de drogue qui sévit à l'Elsau. Comme quoi, une cité en remplace une autre...

    2
    Michel Witasse
    Vendredi 13 Mars à 07:33

     

    On n'est pas une association, mais une amicale. La différence est dans la bienveillance entre les uns et les autres et le respect des opinions de chacun. S'il se trouve qu'elles sont différentes, cela permet le débat.

     

    On n'a jamais dit qu'on était « a-politique », il est impossible d'être citoyen engagé sans être « politique ». Ceux qui l'affichent se trompent et trompent leurs adhérents. Engagé, certes mais pas encarté, on reste libre chacun et responsable de ses opinions sans en référer à une structure ou un parti. On essaie de garder l'esprit critique éveillé, on analyse les faits, les discours et on cherche quelle pourrait être la meilleure solution (si elle existe) et on tente de le justifier.

     

    Mic, si vous n'êtes pas d'accord avec ce qui est écrit, il suffit de le dire et de dire pourquoi. Mais ne nous reprochez pas d'avoir des convictions et de les défendre.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :