• Il y a presque 1 mois, nous avions écrit une lettre ouverte aux candidat(e)s aux municipales. Voici la synthèse des réponses que nous avons reçues et notre analyse (dans l'ordre de réception des réponses). Vous pouvez consulter l'intégralité de sa réponse en cliquant sur le nom de chaque candidat.

     

    On peut se réjouir que Catherine Trautmann (PS) considère l'Elsau comme "un espace de respiration" qu'elle souhaite sanctuariser et le développer par la création du "corridor vert" en y intégrant des espaces "oubliés et stratégiques" comme l'étang Gerig. Voilà de belles paroles, certes, mais aucun engagement particulier pour l'Elsau. On lui connait pourtant des projets plus précis pour le quartier de la Citadelle.

    Sur la rénovation urbaine, elle s'en tient à ce qui a déjà été décidé sous la tutelle de Mathieu Cahn et déclare que cela devrait "améliorer le cadre de vie" alors qu'on sait déjà que cela ne résoudra pas les problèmes de l'Elsau, essentiellement économiques et sociaux. Les problématiques du quartier sont parfaitement connues, d'autant que la "large concertation des habitants" dont elle parle a déjà eu lieu maintes fois : il serait temps de passer aux actes, dont Mme Trautmann nous assure qu'ils arriveront dans les années à venir, si ce n'est à long terme.

    Enfin prudente, Mme Trautmann passe totalement sous silence l'avenir et l'évolution de l'A35, les problèmes de pollution et des déplacements sur Strasbourg. Tout cela n'est pas de nature à nous rassurer.

     

    Jean-Philippe Vetter (LR) est d'accord avec toutes nos propositions, il s'engage sur tout et même davantage. C'est fabuleux ! Mais là encore cela ne semble être que des éléments de langage : "Nous nous prononçons donc clairement en faveur d’une zone verte de loisirs et d’un verger". Soit, mais les budgets du verger sont déjà alloués par la mairie actuelle.

    Concernant le mur anti-bruit le long de l'A35, Monsieur Vetter déclare que pour relancer ce projet il saisira "les plus hautes autorités de l’État, le Gouvernement, la Présidence de la république...". C'est formidable, mais est-ce vraiment réaliste puisque le préfet et l'État n'ont rien fait à ce sujet depuis quinze ans, malgré les demandes incessantes des habitants. De plus l'état ne sera plus en charge de l'A35 puisque la Ville deviendra propriétaire de l'A35 et de ses abords en janvier 2021 !

    Monsieur Vetter s'engage donc sur des budgets déjà votés et sur des réalités qui n'existeront plus durant le mandat pour lequel il se porte candidat. Cela relève soit d'une méconnaissance étonnante des dossiers, soit de promesses électorales sans lendemain...

     

    Mme Barseghian (EELV) a déclaré : "vos idées et projets convergent tous avec le projet que mon équipe et moi souhaitons mettre en œuvre pour Strasbourg, au cours du prochain mandat municipal. En effet, nos priorités vont d’abord vers les quartiers de notre ville, tel le vôtre, dont nous pensons qu’il a été le parent pauvre des investissements publics et des actions municipales, ces dernières années. (...) Je prends donc devant vous le seul engagement qui aujourd’hui me parait essentiel : dès notre arrivée à la Municipalité, nous entamerons avec vous la séquence démocratique et citoyenne qui nous permettra collectivement d’enrichir et de finaliser vos projets et idées pour votre quartier".

    M Pierre Ozenne (EELV) a tenu à nous rencontrer avec quelques co-listier(e)s écologistes afin de préciser un peu les choses. Ses réponses nous ont paru souvent pertinentes et réalistes :

    Pour réduire le bruit et la pollution de l’A35le long de l'Elsau, les écologistes commenceraient par réduire la vitesse sur l'A35 et ce dès le début de mandat. Cela fait, des mesures du bruit seront effectuées les années suivantes pour décider de l'opportunité de construire un mur antibruit et de sa forme en fonction des résultats constatés. Tout cela sera fait durant le premier mandat. M Ozenne a rajouté que toute une série de mesures seraient prises pour faciliter les transports en commun (covoiturage, nouveaux trams au nord et à l'ouest, parking-stations relais plus loin de la ville pour réduire les déplacements automobiles pendulaires grâce au tram et au réseau ferroviaire).

    Concernant les taux pollutions de l'air la nuit, selon M Ozenne, les industries font vraiment des efforts ; les écologistes envisagent plutôt de reconvertir la centrale de chauffage au fioul de Hautepierre par du gaz qui est bien moins polluant.

    "Il est tout à fait envisageable d'aménager une zone de loisir sur une partie des prairies ouest de l'Elsau, si on respecte la biodiversité locale, notamment en laissant des zones enherbées hors de la tonte, comme cela se fait déjà un peu dans les autres parcs du quartier".

    Il a rajouté que l'espace forestier du Gerig est une des zones les plus intéressantes en matière de biodiversité. Aussi la gestion agricole actuelle du champ qui la borde est aberrante : "nous demanderons dès le début de mandat au paysan qui traite le champ agricole le long de l'Ill de se reconvertir en maraichage bio pour alimenter les cantines de la Ville, car c'est une priorité pour nous. Sinon nous ferons en sorte qu'il n'y ait plus d'exploitation agricole de ce terrain". Quant aux projets de ferme pédagogique, de pont cyclable au-dessus de l'Ill ou de parcours loisir dans la forêt du Gerig, nous sommes prêts à les accompagner et à les réaliser si ces projets sont défendus par des citoyens ou des associations.

    M Ozenne nous a rappelé qu'aujourd'hui les casses auto au bout de la rue de l'Unterelsau sont vides, à l'exception de 2 d'entre elles qui sont légales. "Nous attendrons de voir ce qui sera vendu à des particuliers ou requalifié publiquement pour assainir cette zone".

    Concernant la rénovation urbaine de l'Elsau, la prudence reste de mise : "nous ne savons pas jusqu'à quel point le projet de la Ville est engagé et nous ne le saurons qu'une fois élus. Pour le moment tout ce que nous pouvons dire c'est que nous ferons en sorte d'évaluer au mieux à chaque étape ce qui est fait, pour essayer de réorienter les transformations dans l'intérêt des habitants".

     

    Nous n'avons pas reçu de réponses de Kevin Loquais, Ombeline Du Parc, Chantal Cutajar ni d'Alain Fontanel. Que les petites listes, disposant de moins de moyens, n'aient pas eu le temps de nous répondre ne nous étonne pas.

    Par contre le silence (peut-être stratégique) d'Alain Fontanel (LREM) est des plus inquiétant. Il ne s'est d'ailleurs pas déplacé le 17 février dernier au centre social pour rencontrer des habitants de la cité blanche de l'Elsau. Son bilan sur l'Elsau se limite d'ailleurs à la suppression prochaine du tram F, à laquelle nous habitue déjà régulièrement la CTS. Mais il est vrai que pour M Fontanel, c'est "la Robertsau qui est le quartier où se posent les nouveaux défis de la Ville", comme il l'a déclaré récemment dans une vidéo sur rue89. Ça promet...

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  • À notre demande, ATMO a mis à notre disposition une mini-station pour mesurer de la qualité de l'air à l'Elsau. Nous l'avons installée rue de l'Unterelsau, dans le jardin d'un habitant, à 160 m de l'A35. Pendant un mois, nous avons mesuré le NO2, et les Particules 10 et 2,5 µg/m3 particulièrement dangereuses pour nos poumons. Voici les résultats :

     

    Pollution de l'air

     

    Le taux de dioxyde d’azote (NO2) ne dépasse pas le seuil maximum horaire (200 microgrammes/m3) même s’il est s’en approche (140 μg/m3). Par contre, le seuil moyen journalier de NO2 (40 μg/m3) est dépassé plusieurs fois notamment le 27 janvier (65 μg/m3). De plus, les valeurs maximales de NO2 dépassent le seuil 28 jours sur 32, atteignant des pics mesurés à plus de 140 μg/m3 les 6 et 7 février.


    Pour les PM10, les moyennes journalières dépassent les seuils (50 μg/m3) 8 jours sur 32 (du 22 au 26 janvier, les 7,8 et 15 février) soit un air non conforme aux normes européennes 1 jour sur 4.


    De plus, l'analyse des données démontre certains jours des taux de particules fines à plus de 500 μg/m3, allant jusqu'à 1500 μg/m3 soit des chiffres proches de ceux observés à Pékin ou en Inde. Néanmoins selon Atmo qui nous avait prévenu que ces machines n'étaient pas précises, il s'agirait d'une défaillance du système de détection concernant le PM 10 et le PM 2,5...

     

    Pollution de l'air


    La moyenne par heure montre qu’il y a également un taux beaucoup trop important de particules de PM10 et de PM2,5 entre 21h et 5h du matin avec des pics la nuit entre 1h et 3h ; cela n’est pas nouveau puisque ces pics nocturnes de particules ont été régulièrement observés partout sur Strasbourg, alors qu’il n’y a pas de trafic sur l’A35.

    La moyenne par heure montre qu’il y a également un taux beaucoup trop important de particules de PM10 et de PM2,5 entre 21h et 5h du matin avec des pics la nuit entre 1h et 3h ; cela n’est pas nouveau puisque ces pics nocturnes de particules ont été régulièrement observés partout sur Strasbourg, alors qu’il n’y a pas de trafic sur l’A35.
    Ces pics sont possiblement dus à un largage plus important de fumées d’origine industrielles, car cela coïncide avec des plaintes récurrentes pour odeurs industrielles la nuit de riverains du port du Rhin. On a même constaté des phénomènes de neiges industrielles à la Robertsau ou au quartier des XV. La pollution industrielle est loin d’avoir disparu à Strasbourg et les émissions industrielles sont sous-estimées, car les industriels bénéficient du régime de l’Auto-surveillance et déclarent eux-mêmes leurs émissions. Cela laisse planer un doute quant aux émissions réelles de l’Industrie, comme le dénonçait récemment, après l’incendie de l’usine Lubrizol, le collectif d’experts Air-Santé-Climat, auquel appartient le docteur Thomas Bourdrel de Strasbourg respire.

    Ces pollutions nocturnes sont peut-être aussi dues à la centrale biomasse (au bois), à l’usine d’incinération des déchets, ou à la centrale de chauffage au fioul de Hautepierre, qui ne sont pas des plus écologiques.

     

    Pollution de l'air valeurs max mesurées

     

    Enfin, les pics de pollution correspondent aux jours où la masse nuageuse agit comme couvercle, gardant au sol l’air plus froid qu’en altitude (du 25 au 27 janvier). Il est donc nécessaire que les institutions anticipent plus sur ces effets météo.
     
    Conclusions :

    - Ces mesures montrent qu’il y a deux sources de pollution : 


    . Une pollution en journée due à l’A35

    . Une forte pollution le soir et la nuit certainement due à l’industrie et aux centrales municipales.

    - Au vu de ces résultats, qui confirment les données globales de la pollution de l'air sur l'Eurométropole et notamment dans certains quartiers fortement exposés comme les riverains de l'A35, la Ville de Strasbourg et l’EMS sont bien en infraction vis-à-vis des recommandations européennes sur la qualité de l’air et il est probable que les citoyens finiront par leur intenter une action en justice.

    
- Les riverains sont très inquiets de ces taux très élevés observés la nuit et exigent des explications, notamment pour exclure une origine industrielle.


    - Dans la mesure du possible, il vaut mieux ouvrir vos fenêtres surtout entre 13 et 18h pour aérer.

    - Nous sommes vraiment étonnés que l'ATMO se soit équipé de stations si peu fiables. L’ATMO nous a répondu "qu'il est difficile de trouver aujourd’hui des équipements multi-polluants relativement simples d’utilisation délivrant des mesures justes" et que "l'un des objectifs de cette action était également de montrer (aux citoyens) les limites et le cadre d’utilisation des mini-stations"...

     

     

    Station ATMO (ref Cairnet 014869001741331) déposée chez un habitant au 134 rue de l’Unterelsau (à 160 m à l’ouest de l’A35 pendant 32 jours (du 20/01/2020 au 20/02/2020).
    Mesures de NO2 toutes les minutes 24h/24, PM10 toutes les 5 minutes 24h/24, PM2,5 toutes les 5 minutes 24h/24. Mesures agrégées “moyennes horaires” sur 24 moyennes de mesures relevées. La valeur maximale enregistrée sur les 24 heures est en jaune à la fin de chaque jour. Les cellules sont en rouge quand le seuil est dépassé. Le NO2 est mesuré en “ppb3” puis corrigé μg/m3 au coefficient 1,912 ; les particules sont mesurées en μg/m3.Dernière précision, ces mesures n'ont pas été parasitées par les émanations venant de cheminées de particuliers, car le quartier de l'Elsau est relié au chauffage de Ville.

     

    Pollution de l'air


    votre commentaire
  • Dans une lettre ouverte adressée par mail aux têtes de liste pour les élections municipales, nous avons formulé plusieurs propositions pour l'Elsau. Zone verte de loisir, pollution agricole et aux particules fines, bruit lié à l’autoroute A35… Autant de thèmes sur lesquels les candidat·es à la mairie de Strasbourg pourraient s’engager :

    Nous publierons les (non) réponses...

     


    votre commentaire
  • Pollution :  Inquiétudes légitimes

     

    À notre demande ATMO a mis à notre disposition une mini-station de mesure de la qualité de l'air. Nous l'avons installée rue de l'Unterelsau. Elle mesure le NO2, et les Particules 10 et 2,5 µg/m3 particulièrement dangereuses pour nos poumons.
     

    Sur la semaine du 20 au 28/01/2020, on constate 5 jours pendant lesquels, sur des statistiques de moyennes horaires, les seuils sont largement dépassés, avec des pics allant jusqu'à 1500 µg/m3.
     
    Les mesures sont en µg/m3 pour des moyennes journalières
    Les seuils sont de 50 µg/m3 pour les PM10, de 25 µg/m3 pour les PM2,5 et 200 pour le NO2.

     

    Pollution :  A35, inquiétudes légitimes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

     

    Les mesures vont se poursuivre sur 5 semaines ; on en fera bien sûr une analyse pour tenter d'en tirer des conclusions et des actions.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires